Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘politique’

Les manifestations qui ont secoué de nombreux pays arabes (Algérie, Tunisie, Égypte, Yémen et dans une certaine mesure le Maroc) et ont abouti, pour l’instant, à la chute des présidents tunisien et égyptien, ont fait l’objet de nombreuses présentations et d’analyses. Nous avons compris que la « rue arabe » s’était révoltée contre des gouvernements autocratiques qui, par la répression policière, le refus de toute opposition et la corruption mettaient en coupe réglée leurs pays depuis des décennies. En somme, ces pays étaient victimes de leurs dirigeants autochtones depuis leurs indépendances et leurs populations veulent aujourd’hui la démocratie.

Il m’apparaît que la France doit en tirer deux conclusions immédiates et capitales.

La première est qu’il faut cesser immédiatement et définitivement la repentance et la mortification sur le « passé colonial » de la France. Cette révolte de  peuples martyrisés par leurs propres gouvernements à la recherche de liberté, de dignité et de démocratie, souffrant au point de trouver des  hommes prêts à s’immoler par le feu, montre le ridicule et l’inconsistance du discours de stigmatisation de la France. Les peuples « colonisés » ont vécu manifestement pire depuis leur indépendance.

La seconde est qu’il faut cesser immédiatement et définitivement le discours communautaire. Il n’est pas une occasion de voir fleurir en France des drapeaux algérien, marocain, tunisien, parfois accompagnés de cris provoquant pour la France. Peut-on aujourd’hui croire que ceux qui agitaient ces drapeaux le faisaient par amour pour leur  pays d’origine, lorsque l’on sait le sort qu’il était fait au peuple dans ces pays ? Ouvrons les yeux, il s’agissait simplement de démonstrations de haine pour la France et les Français.

Voilà deux impératives et urgentes conclusions à tirer pour nous. Et laissons les pays arabes construire eux-mêmes leur destin politique, sous peine de se voir stigmatisé à nouveau. A cet égard le silence de la France et de l’Europe me parait la seule attitude raisonnable. Aidons les ensuite lorsque nous aurons reconstruit notre propre pays et eux le leur. Et des siècles de paix s’ouvriront devant nous.

Publicités

Read Full Post »

Lu dans le monde du 21 février 2010 page 17, une tribune de l’ancien directeur Afrique du Nord et Moyen-Orient du Quai d’Orsay proposant de lancer par la France la reconnaissance de l’Etat palestinien.

Trés bien écrit, j’ai tout compris. Notamment le passage : « Selon la pratique internationale, on ne peut opposer des obstacles juridiques à une telle reconnaissance. Il existe en effet une jurisprudence qui s’appuie sur le principe d’effectivité décliné en trois éléments : la présence d’une population, le fonctionnement d’institutions qui exercent une autorité effective, même si elle est limitée, et l’existence d’un territoire ».

Oui, un Etat se définit par l’existence simultanée de ces trois constituants. Reconnaitre un « Etat palestinien » aujourd’hui, c’est admettre que le territoire « peau de léopard » auquel Israël a réduit l’espace palestinien à force de guerres et d’opérations de colonisation peut lui tenir lieu de territoire.

Je comprends surtout à la lecture de ce papier que la diplomatie française veut à tout prix marquer de son empreinte les relations internationales. L’affaire sera portée par notre ministre des Affaires étrangères et européennes  devant le Conseil de sécurité, ce sera un moment grandiose d’éloquence face aux Etats-Unis, que le diplomate pense pouvoir mettre à genou : « Mais iront-ils [les Etats-Unis] jusqu’à opposer un veto au Conseil de sécurité, passage obligé pour l’admission d’un nouvel Etat à l’ONU ? ».

Un moment d’éloquence à l’ONU, cela vous rappelle t’il quelque chose ? Encore que la dernière fois, c’était pour la bonne cause.

L’idée que cette reconnaissance acquise malgré eux, coince de façon pérenne les Palestiniens dans un Etat croupion, ne parait pas effleurer notre diplomate. Il entend déjà les applaudissements et voit les spots des projecteurs de télévision braqués sur lui et son ministre.

Qui a parlé de « diplomatie du sac de riz » ?

Read Full Post »

M. Peillon, depuis 10 jours maintenant l’on parle de vous en tant que personnage « médiatique » mais plus du tout en tant que personnage « politique ». Pensez vous faire preuve de réelles capacités d’homme d’Etat en alimentant ce « buzz » médiatique qui nous éloigne de la substance même de la politique, activité respectable s’il en est ? La politique est par essence la conduite des affaires de la Cité. Pour cela, il faut connaitre ces affaires, être à l’écoute des préoccupations des citoyens, les analyser, y apporter des réponses, favorables ou non, mais surtout en cohérence avec une vision stratégique soucieuse du bien commun.  Tout a commencé avec votre refus en cours d’action de participer à une émission de télévision, au motif semble t’il que le sujet traité et les participants ne vous convenaient pas. Or, si vous étiez un tant soit peu attentif à vos concitoyens, vous sauriez que le sujet est au coeur de leurs préoccupations. Quant aux autres participants, leurs idées pouvaient ne pas vous convenir, vous en aviez peut-être de meilleures pour nous, mais nous ne le savons pas car vous n’êtes pas venu présenter votre position. Plus certainement,  vous n’avez  peut-être aucune idée sur le sujet ou alors vous ne vous sentiez aucune légitimité pour parler sur ce thème. Pour cela vous avez bien fait de ne pas venir. (suite…)

Read Full Post »